Perles de la gendarmerie
Accueil ] Actualités infos, météo, etc. ] Astuces Informatique ] Blagues ] Constructeurs Informatique ] Dico Informatique ] Divers ] First Informatique ] Infos Virus ] Jeux en ligne gratuits ] Linux ] Logiciels ] Mes créations ] MSN Messenger ] Musiques ] Photos ] Vie quotidienne ] VDL19 (Autres sites) ] Livre d'or, etc. ]

 

CHANGEMENT D'ADRESSE

CLIQUEZ SUR L'ADRESSE CI-DESSOUS :

WWW.VDL19.INFO

Accés aux pages blagues
Blagues accueil Blagues texte Perles des entreprises Perles des élèves
Perles des profs Perles de la police Perles de la gendarmerie Blagues en images
       
       

 

 

Les Perles de la gendarmerie

Ivre au milieu de la rue principale du village, l'homme nous a traité de "sales flics", ignorant que nous étions des gendarmes.

La femme essayait de cacher son identité derrière ses larmes...

Sous couvert d'anonymat, tous ses crimes étaient signés.

La pauvre femme fut hospitalisée après avoir reçu les injures nécessaires.

Les deux trous de balle étaient parfaitement groupés ensemble.

La Gendarmerie n'étant pas encore un hôpital psychiatrique, nous avons dû renvoyer le malade chez lui.

Son crâne défoncé parlait pour elle...Personne n'ayant donné les ordres nécessaires, il n'était pas difficile d'y obéir.

N'ayant pas pu abuser de la jeune femme, il la viola sauvagement.

Le manouche habitait une caravane tirée par sa femme...

Les recherches ont permis de retrouver rapidement les 5 cadavres des 2 disparus.

Soudain, la voiture recula pour mieux avancer...

L'infraction fut constatée par la brigade deux jours avant qu'elle ait lieu.

Le marteau utilisé était en bois sauf qu'il était en fer.

Nous avons été obligés de constater le décès avant que le mort nous décrive son agresseur.

Le mur avançait à grand pas vers le véhicule...

La disparition de l'enfant a été signalée par ses parents dès son retour.

Aveugle de naissance, la femme n'avait rien vu venir...

Pour sortir, il est clair que l'homme avait d'abord dû entrer...

L'homme était assez lucide pour constater qu'il n'avait plus toute sa lucidité.

L'individu a réussi à sortir de ses menottes par la porte de derrière.

Avec un taux d'alcool de 3,2g, le sang de l'homme était comme une bouteille.

Le motif du vol était le meurtre...

Jusqu'au bout, l'homme répondit aimablement à toutes les questions par un 
grand silence.

Le vélo déambulait seul avec une alcoolémie non autorisée.

Le forcené épaula son fusil de chasse et tua les pneus de la voiture à coups de chevrotine.

Le grave préjudice subi par le conducteur avait été estimé à : 0 Franc.

C'est en urinant que l'homme se blessa aux yeux.

La gendarmerie étant fermée le dimanche, le meurtrier dut attendre le lundi pour venir tout avouer.

Elle avait réussi à prouver qu'elle n'avait pas pu tuer son amant en se tuant juste avant lui.

Comme d'habitude, le chien avait sauté sa maîtresse avant de divaguer.

Ayant perdu les deux bras, le conducteur faisait de grands signes pour attirer l'attention des autres automobilistes.

Elle prétendait être encore vierge mais son casier judiciaire disait le contraire puisqu'elle prostituait.

La S.D.F. fut incapable de nous donner une adresse valable.

Bien que nous étions 5 à ceinturer l'homme, celui-ci réussit à s'enfuir sans difficulté.

Il quitta la gendarmerie avec l'air innocent de quelqu'un qui n'a pas la conscience tranquille.

Personne ne connaît l'identité de la victime qui vivait depuis près de dix ans 
dans le village et se nomme Jean Pierre Pelprat.

Malgré ses 4 frères et soeurs, le jeune homme était fils unique.

N'écoutant que son courage, la brigade fut obligée de battre en retraite.

L'homme s'était donc noyé par pendaison...

Toutes les entrées de la femme étant verrouillées, les deux cambrioleurs la pénétrèrent par le toit.

L'accident qui avait provoqué sa mort était bien un accident mortel.

Le militaire appréhendé était en fait curé d'une paroisse de la région.

Dès l'ouverture du magasin, les portes avaient été solidement verrouillées.

Le récidiviste n'avait jamais rien eu à se reprocher...

S'il n'avait pas obtempéré immédiatement, l'homme n'aurait sans doute pas 
obtempéré.

Le camion que nous avons inspecté transportait 30 porcs munis de leurs femmes.

L'homme n'avait rien voulu nous avouer, si ce n'est deux ou trois petits crimes sans importance.

 

 

Site optimisé en 800x600 appuyez sur la touche F11 pour avoir le site en plein écran.

© Tous droits réservés # VDL19